lundi 7 janvier 2008

Dakar-Paris, en direct d'Europe




Vu sur le blog du Desdichado, un lien vers un article de Philippe Bilger sur le site de Marianne : "Une justice de couleur".

"""Pour l'auteur, les quolibets qui ont accompagné la condamnation des huit militants de l'Arche de Zoe fleurent bon le colonialisme judiciaire."""

Article très intéressant que je vous recommande ;)



Mais trève de politique ! Détendons-nous avec un peu de sport : je vous propose le résumé de la dernière étape du Dakar-Paris, depuis le petit village de Bouglainval au coeur de l'Europe.
Magnifique jeu de mirroir inversé, j'aime beaucoup !



Vu sur : http://kultura.over-blog.com/article-7247122.html (merci Gégé pour le lien !)


8 commentaires:

El Desdichado a dit…

Hé hé.

Gus a dit…

C'est tellement vrai, comme disait Fabrice dans La Classe (ouais, chacun a les références qu'il mérite).

Content de voir un truc comme ça, vu que c'est un peu la réflexion qu'on est nombreux à se faire, je pense, quand on entend les coureurs et présentateurs débiter des âneries plates après la mort d'un gamin...

jurapower a dit…

Pour ce qui est du Dakar je trouve ca fun meme si je crois que les premiers a avoir eu l idee c groland.

Pour ce qui est de l'article sur la justice tchadienne et la pseudo polemique que l'auteur souhaite visiblement déclenchée : J'ai regardé le journal TV et ecouté la radio et à aucun moment je n'ai trouvé que les journalistes se foutaient de la gueule de la justice tchadienne. La plupart du temps ils n entraient pas ds les details et se contentaient d'exposer les faits.

Enfin c'est mon point de vue peut etre que vous avez vu des choses plus chocantes que moi

Fares a dit…

Salut !!

Désolé d'avoir été si long à répondre, en ce moment je n'ai pas énormément de temps. Je ne voulais pas répondre sans prendre le temps de chercher quelques articles.

Le "Dakar-Paris", j'aime beaucoup, parce qu'en forçant à peine le trait, du début à la fin il est plein de cette espèce de condescendance à la mode "Y'a bon Banania". Sans être du racisme pur et dur, c'est un discours teinté d'un espèce de mépris finalement assez banal. La singerie finale du "Par Toutatis !!" est particulièrement savoureuse :)

La polémique dont tu parles, il y a longtemps qu'elle est déclenchée en Afrique. Les principaux intéressés sont les mieux placés pour en parler, je te propose donc une série d'articles que j'ai trouvés intéressants :

Celui-ci particulièrement : Arche de Zoé: du point de vue africain

Mais également :
Affaire Arche de Zoé, l'Afrique doit dire non
Colonie française du Tchad : Exfiltration autoritaire des six Français condamnés pour tentative d’enlèvement d’enfants

Voir celui de Ngarlejy Yorongar, Député Tchadien, dans une lettre ouverte à Nicolas Sarkozy :

Il met en lumière le lien entre l'Arche de Zoé et Paris Biotech Santé (François Sarkozy, le frère de notre Président, fait partie du Comité d'évaluation de Paris Biotech Santé). Ce groupe est financé par Pfizer, une entreprise pharmaceutique actuellement poursuivie par le gouvernement Nigerian pour des tests pharmaceutiques illégaux sur des enfants ( affaire Trovafloxacine et article Guardian )
Voir également sur des blogs : article sarkofrance et watchningsarko.
Tout ça n'est pas très clair, et tout ça ne sent pas très bon. Espérons que la justice Française ait les moyens de faire toute la lumière sur cette affaire.

Un étudiant en première année de journalisme, a fait un article que j'ai trouvé très intéressant également : L'Afrique de papa


Donc non, Philippe Bilger ne tente pas de déclencher une pseudo-polémique. Cette polémique existe, et elle n'est pas suffisamment relatée.



Dans cette affaire, il me semble que la presse Française a adopté un certain nombre de biais.
Dans la tonalité, il y a eu pas mal de similitude entre les membres français de l'Arche de Zoé incarcérés pour être jugés, et le ton habituel des articles lorsque des journalistes français sont kidnappés dans une quelconque contrée obscure par des ravisseurs peu scrupuleux. Leur retour en France a été présenté comme naturel et indiscutable. Cet article du 30 octobre de La Provence met Sarkozy face à ses responsabilités : ils doivent revenir en France sinon la "polémique pourrait enfler". Je n'ai pas vu passer d'article dans lequel un journaliste prendrait le parti inverse : "les membres de l'Arche de Zoé doivent purger leur peine au Tchad". L'idée que les Français doivent être jugés au Tchad et doivent purger leur peine au Tchad pour des crimes qu'ils ont commis au Tchad n'a pas été présentée comme quelque chose qui va de soit. Non, il était naturel qu'ils soient rapatriés.
Lorsque Nicolas Sarkozy déclare : "j'irai les chercher quoi qu'ils aient fait", on parle de l'indignation au Tchad. Comment est-il possible que cette phrase ne provoque pas l'indignation en France ? "J'irai chercher les Français quoi qu'ils aient fait" ???? Qu'est ce que c'est que cette connerie ??? On est au Far West ou quoi ? Il aurait du se faire démolir pour avoir sorti un truc pareil. Et du coup, que penser des Français pour lesquels ce principe ne s'applique pas (voir par exemple Salah Hamouri détenu sans jugement en Israël depuis mars 2005) ?

Voir un extrait du journal de 13h de France 2, une semaine avant le début du procès. La femme de l'un des membres qui déclare que la détention de son mari est illégitime, sans qu'aucune contradiction ne soit apportée. Des manifs pour la libération du bonhomme, avant même le début du procès ? C'est incroyable ce degré de mobilisation. En particulier quand on sait la difficulté qu'il y a à faire s'engager les gens, même sur des sujets pourtant consensuels comme la demande d'un référendum à propos du traité européen. Qu'est ce qui justifie et qu'est ce qui permet un tel degré de mobilisation ? L'idée que des membres d'une ONG puissent être jugés et éventuellement condamnés au Tchad pour des crimes qu'ils ont commis là-bas est-elle à ce point scandaleuse ??

Notons que la cour criminelle de N'Djamena ne rend pas justice, "N'Djamena se fait justice".

Et cet article là : "Au lendemain du verdict prononcé par la justice tchadienne, la balle semble être dans le camp français. Il s'agit à présent pour le ministère des Affaires Etrangères d'obtenir le rapatriement des condamnés pour qu'ils purgent leur peine dans les prisons françaises.". En gros, Libération somme le gouvernement Français d'obtenir le rapatriement des condamnés. Au nom de quoi ?

Cet article du Monde est très fort également : "Arche de Zoé : l'Etat français ne paiera pas la facture pour les six Français condamnés". SANS DECONNER ? Il manquerait plus que ça ! "Conformément à une convention judiciaire signée en 1976 par la France et le Tchad, les "réductions, ajournements, libérations et autres modalités d'exécution des peines" qui seront décidés par la justice française devront toutefois recevoir l'aval du Tchad". "Réductions" ? "Ajournements" ? "Libérations" ? On croit rêver ! Ils ont été condamnés à 8 ans de travaux forcés. Il n'y a pas de travaux forcés en France. Mais pourquoi la justice Française devrait-elle être plus clémente ? Pourquoi une année de travaux forcés ne serait-elle pas traduite en 2 ans de prison ferme ? Ou une condamnation de 8 ans ferme incompressibles et traduire l'aspect "travaux forcés" par un certain nombre d'heures de travaux d'intérêt général ? A moins de considérer que la justice Tchadienne n'est pas compétente pour juger des ressortissants Français pour les crimes qu'ils ont commis sur son sol, je ne comprends pas pourquoi il serait question de "réductions", "d'ajournements" ou de "libérations".

Gus a dit…

Je trouve que le problème est un peu plus complexe que le tableau que tu en brosses. Je ne réagis pas sur les éventuelles collusions, que j'imagine fort possibles, je m'intéresse au traitement du procès, du "rapatriement", etc.

Quand j'entends que les Français doivent purger leur peine en France plutôt qu'au Tchad, je ne peux pas m'empêcher d'être d'accord. Je ne crois pas que ça soit colonialiste (au sens large) de penser que les prisons françaises sont plus "humaines" que les prisons tchadiennes. Peut-être les descriptions qui en ont été faites ont-elles été délibéremment exagérées, mais quand on entend parler d'une aile en béton et de l'autre en terre, on a de quoi se poser quelques questions...

Dieu sait (et au pire, toi tu sais ˆˆ) que je porte pas Nicolas S. dans mon coeur, mais je ne suis pas choqué qu'il aille les chercher quoi qu'ils aient fait. Ou plutôt, si, je suis choqué, mais pas pour les mêmes raisons. Je suis choqué parce qu'il parle comme si le gouvernement tchadien était vassal, ce qui est scandaleux. Mais il aurait dit "je ferai tout mon possible pour aller les chercher quoi qu'ils aient fait", j'aurais trouvé ça normal. De même que j'ai été choqué que l'ambassadeur de France au Tchad défende mollement (voire enfonce) les Zoéiens au lendemain de leur interpellation. Un ambassadeur, un pays, défend ses ressortissants, tout le temps. Même si c'est pour les condamner à la maison (et ils méritent apparemment d'être condamnés, il y a de moins en moins de doutes au fur et à mesure que les jours passent). Je suis évidemment d'accord avec toi quand tu signales le cas de Salah Hamouri, et ce que je pense, je pense que ça doit s'appliquer à tous les Français. J'attends avec impatience que Nicolas prenne l'avion direction Guantanamo (pas pour y rester, encore que, mais pour ramener les éventuels Français encore détenus illégalement là-bas).

Pour la différence "rendre la Justice" et "se faire justice", je pense que cette notion vient, à mon avis à fort just titre, des déclarations du président tchadien Idriss Déby, qui a quand même enflammé l'opinion publique tchadienne avec des réactions absolument ignobles, type "c'est pour la pédophilie/le traffic d'organes". Ce qui s'est naturellement suivi de manifestations populaires, non pas autour de la culpabilité ou non des Zoéiens, mais autour des méchants hommes blancs qui oppriment les gentilles populations noires. On peut pas leur en vouloir, vu qu'elles ont raison dans l'ensemble (même si n'oublions pas qu'en ce moment par exemple, c'est pas les blancs qui oppriment les Kenyans...). Mais sur ce point-là, ça a peu à voir, et c'est récupéré politiquement. Alors qu'on remette en cause l'indépendance de la Justice tchadienne après ça (surtout avec au final une condamnation abérrante car identique pour tous les prévenus), ça me parait assez logique. Surtout que toi et moi remettons déjà en cause l'indépendance de la justice française, par moments...

Enfin, et ça sera mon dernier point, je ne trouve pas scandaleux qu'on prononce des condamnations différentes en France. Après tout, si nous n'avons plus de travaux forcés, c'est peut-être parce qu'on considère ça comme inhumain. C'est pas parce que dans certains pays on tranche des mains aux voleurs qu'il faut trouver un truc similaire si on récupérait un français condamné à cette peine.

Voilà, tout ça, ça veut pas dire que je suis pas d'accord sur toi avec plein de trucs, genre "pourquoi c'est pas un comportement systématique appliqué à l'identique à tous les ressortissants français", ou qu'il y a effectivement un regard hautain sur les institutions africaines (parfois à juste titre, parfois non), etc. Juste, comme je le disais au début de cette looooooooongue réponse, je pense que c'est quand même un peu plus compliqué, et que tout n'a pas été fait sans absolument aucune raison.

Fares a dit…

Bon, on sera peut-être pas d'accord sur ce coup là. Je vais quand même me risquer à donner un exemple foireux :


Si un cas similaire s'était produit en France en mettant en cause des ressortissant Suisses (des p'tits n'enfants Français, blablabla, des mensonges en veux-tu en voilà, des faux bandages maculés de sang pour faire croire qu'ils étaient blessés, etc...), j'aurais très mal pris le fait que Président de la Confédération Suisse, les principaux partis politiques suisses et l'ensemble des médias suisses réclament à corps et à cris le rapatriement des accusés/condamnés suisses, en pointant du doigt les lacunes de la justice française et les conditions de détention déplorables dans les prisons de notre pays. Conditions de détention maintes et maintes fois dénoncées par le Comité européen pour la Prévention de la Torture (CPT).


Est ce que ça aurait été de la fierté déplacée de ma part ? Possible... Mais en tous cas j'aurais été outré par cette attitude. Et pour ça, je n'aurai pas eu besoin d'être chauffé par un discours populiste/nationaliste de notre Président, pour lequel je n'ai absolument aucune sympathie.

Gus a dit…

Bah disons que c'est quand même assez classique et récurrent que des gens d'un pays préfèrent que les ressortissants de ce pays soient incarcérés dans ce pays (c'est d'une élégance, ma phrase...). Genre, un mec qui fait une connerie aux USA, on préfère qu'il vienne faire sa peine ici. Même si c'est plus rare, forcément.

Pourquoi forcément ? Dans ton exemple, tu utilises la Suisse et la France, parce que j'imagine que tu fais l'opposition Europe/Afrique, et après tout c'est normal, c'est le but de ton article de départ. Le truc c'est que je pense pas que ça soit une attitude colonialiste de dire que les conditions de vie sont meilleures en Europe qu'en Afrique. Donc oui, moi je préfère être jugé par un pays européen que par un pays africain. Je pense pas être néo-colonialiste ou méprisant, mais il me parait assez objectif de dire que les institutions européennes sont plus fiables (ce qui ne veut pas dire totalement fiables, évidemment).

Mais après tout, peut-être que ce néo-colonialiste méprisant et paternaliste est ancré en moi, et que du coup je m'en rends pas compte (au cas où: non, je ne suis pas ironique, après tout, on est par définition très mal placé pour juger de sa propre objectivité...).

Faress a dit…

Je ne crois pas que "néo-colonialisme" soit le mot approprié.

Ca me semble normal effectivement de préférer que ses compatriotes purgent leur peine ici plutôt que là-bas, parce que leurs conditions de détention seront probablement meilleures ici. Mais je crois qu'il faut aussi essayer de regarder les choses avec un point de vue Tchadien, juste pour essayer d'apprécier la situation dans son ensemble.

C'est pour ça que je propose l'exemple avec la Suisse. C'est relativement neutre, il n'y a pas d'histoire de "néo-colonialisme" qui rentre en compte. Le niveau de vie est supérieur en Suisse (ou en tous cas est supposé l'être), et les conditions de détention dans leurs prisons sont sans aucun doutes meilleures qu'ici (selon Alvaro Gil-Robles, commissaire aux droits de l'Homme du Conseil de l'Europe, les prisons françaises sont les pires d'Europe).
Mais ma comparaison est loin d'être parfaite, puisque la Suisse ne nous est pas nettement supérieure militairement, la Suisse ne dispose pas de bases militaires sur le territoire français, la Suisse n'a pas soutenu l'accession au pouvoir d'un pseudo-dictateur Français qui serait en poste depuis bientôt 20 ans et qu'elle aurait activement contribué à maintenir au pouvoir durant cette période. La comparaison est donc très limitée.

Mais même dans ce contexte partiel (différence au niveau des conditions de détention entre la Suisse et la France), en cas de kidnapping d'une 100aine d'enfants, doublé de fraudes pour tenter de maquiller le forfait, j'aurai très mal accepté un discours coté Suisse qui aurait consisté à dire que les prisons françaises ne sont pas assez bien pour détenir des ressortissants Suisses, et que par conséquent leur retour au pays semble tellement évident qu'il est presque présenté comme un du.
J'aurai trouvé ça affreusement arrogant de leur part, et cette attitude me serait apparue comme totalement déplacée. "Et mon pied au cul, il est pas assez bien pour toi connard ?". Mais je m'emporte... Allez revenez les Suisses, j'ai rien contre vous. Comme on dit dans ce genre de circonstances : "j'ai d'ailleurs un très bon ami Suisse, c'est bien la preuve que je n'ai rien contre ces gens là". Notons que j'aurais très bien pu prendre cet exemple avec des Belges plutôt qu'avec des Suisses. Car comme disait Coluche : "les Belges et les Suisses sont les seuls à ne pas se rendre compte qu'en fait c'est pareil. Mais c'est normal, c'est à cause de la distance qui les sépare".


Donc "néo-colonialisme", non je ne crois pas. C'est un mot dont je me méfie parce qu'on peut lui faire dire un peu tout et n'importe quoi. Mais en revanche, je trouve que sur ce coup là on a fait preuve d'une arrogance et d'un manque d'empathie assez manifestes.