samedi 22 décembre 2007

Un "mini-traité" pour une maxi-mascarade démocratique



A propos du TCE


Comme une majorité de français, il y a deux ans j'ai voté contre le projet de constitution européenne. Européen convaincu que je suis, j'étais totalement persuadé de voter pour, jusqu'à ce que je me décide à me plonger dedans et à rechercher des informations contradictoires.

Je ne vais pas rentrer dans le détail du contenu, ce n'est pas le propos de ce billet. Ce qui m'intéresse ici, c'est que cette histoire nous enseigne sur l'état de la démocratie en France.


Commençons d'abord par la campagne médiatique extrêmement biaisée en faveur de l'adoption du TCE en 2005. Si la question de la "pluralité à sens unique" des médias français durant la campagne de 2005 vous intéresse, Acrimed a constitué un dossier qui regroupe un grand nombre d'articles : voir dossier Acrimed TCE 2005.


Avant de voter "NON", j'ai lu, j'ai recherché des explications, j'ai posé des questions, j'ai recherché des points de vue divergents, des analyses contradictoires (c'est sur internet que j'ai trouvé les sources les plus intéressantes) basées sur le contenu et non sur des discours creux, j'ai assisté à des débats, ...
J'ai donc fait un choix qui repose sur une démarche réfléchie pour laquelle j'ai consacré du temps et de l'énergie. Alors évidemment, dans ce contexte, un article comme celui du journal Le Monde du 16 avril 2005 est grossier et injurieux.
Être méprisé et me faire insulter par des médias qui prétendent défendre mes intérêts a fini par devenir une habitude. Voir par exemple un article de Libération du 07 juillet dernier. En juillet 2007, un article comme celui-là m'en touche une sans faire bouger l'autre. En revanche en 2005 j'étais beaucoup plus sensible à ce genre de discours, qui m'ont amenés à me poser de sérieuses questions sur mes propres capacités de jugement.


Malgré les discours de culpabilisation et d'intimidation qui se sont multipliés, la promesse d'un cataclysme à la fois politique et économique en cas de rejet, l'isolement de la France, le blocage de l'Europe ("il n'y a pas de Plan B"), etc... j'ai tout de même voté "NON". Mais non sans me demander si je n'étais pas entrain de faire une éenooooOooOooorme connerie : "Mais qu'est ce que tu fais Fares, tu es devenu LePen-iste anti-européen ? Tu veux être responsable d'avoir conduit dans l'impasse 350 millions d'européens ?" Je le prends avec le sourir aujourd'hui, mais ce processus de marginalisation est réel. A tel point qu'il a faillit me pousser à m'abstenir. Mais comme je l'ai dit, je crois qu'à l'époque j'étais plus facilement influençable par ce genre de discours d'intimidation.




Le rejet du Traité Constitutionnel Européen est un constat d'échec pour tout le monde. En voyant les résultats du référendum en France, suivis par ceux du référendum aux Pays-Bas, j'ai espéré qu'ils forceraient un certain nombre de remises en question. J'ai espéré que le débat sur l'Europe prendrait enfin la place qu'il mérite, étouffé qu'il est par les politicailleries franco-françaises.

D'autant plus qu'entre les citoyens qui ont estimé qu'il fallait voter "NON" en dépit des bonnes choses parce que les mauvaises seraient trop dures à changer (ce qui est mon cas), et ceux qui ont voté "OUI" pour valider les points positifs tout en espérant modifier par la suite les points négatifs (ce qui est le cas de beaucoup de mes amis), les deux positions sont loin d'être aussi inconciliables que ce qu'on a bien voulu nous le laisser entendre.


Malheureusement c'est exactement l'inverse qui s'est produit. Le diagnostique qu'on nous a servi était clair : "Le TCE a été rejeté parce qu'il n'a pas été suffisamment expliqué, et les Français ne l'ont pas compris". Point final. Circulez, il n'y a plus rien à voir.





A propos du Traité de Lisbonne


Et aujourd'hui ?
L'appellation "mini-traité" ou "traité simplifié" est une escroquerie. Le TCE était un traité. Le traité de Lisbonne est également un traité. Et le contenu est similaire.
Valéry Giscard d'Estaing lui-même, ainsi qu'un grand nombre d'hommes politiques (en particulier des premiers ministres européens) s'accordent sur ce point (voir les citations en bas de cette page).


Comme l'indique un sondage du Financial Times / Harris repris par Marianne, 63% des Français veulent un référendum. Ce chiffre est encore plus important dans les principaux pays européens : 65% en Espagne, 72% en Italie, 75% en Grande Bretagne, et 76% en Allemagne.
Selon l'IFOP, c'est 71% des Français qui veulent un référendum.



Voir l'article de Bernard Cassen qui défend l'idée d'un référendum.

Voir également la vidéo de Nicolas Dupont Aignan (député UMP), qui est l'un des seul à avoir eu le courage d'aborder sérieusement la question, et la réponse du pathétique Bernard Kouchner.

A voir aussi : l'interview de Jean-luc Mélenchon (Sénateur PS) qui revient sur l'amnésie de son propre parti, et qui réclame également un référendum.






Mais Nicolas Sarkozy a clairement affirmé qu'il ne faudrait surtout pas qu'un tel référendum ait lieu, car ce traité serait rejeté en France et ailleurs
(voir article en anglais).





Selon Etienne Chouard, enseignant en droit fiscal économie et gestion, auteur d'un site d'analyse du TCE en 2005, et également à l'origine du Plan C - Pour une constitution Citoyenne, il s'agit d'un "viol politique"


Anne-Marie Le Pourhiet, Professeur de droit constitutionnel, parle d'un "double coup d'Etat" (un article passionnant, à lire absolument !)



Cette situation n'est pas propre à la France. On la retrouve également dans différents pays européens : voir article



Il convient de remarquer qu'on est exactement dans ce que Noam Chomsky décrivait comme "la vision alternative de la démocratie" (voir la vidéo dans un billet précédent). Cette "vision alternative", dans laquelle les peuples doivent être divertis, manipulés, trompés et exclus du débat "pour leur propre bien", évitant ainsi qu'ils ne se mêlent de ce qui les regarde. Cette vision contredit l'idée traditionnelle qu'on se fait de la démocratie : celle d'un système politique dans lequel les peuples ont les moyens d'agir sur ce qui détermine leur vie.


Cette idée est également reprise dans l'article "Assassinat en réunion" (Edito 6 du 04/12/2007), ou encore dans l'article "la démocratie de l'inconséquence".




Alors que faire ?


Un certain nombre de pistes sont proposées ici :
http://www.traitedelisbonne.org/Que-faire.htm

  • Signer les pétitions qui exigent la tenue d'un référendum (voir le lien ci-dessus)
  • Écrire aux médias
  • Écrire aux partis politiques
  • Écrire à votre député
  • Écrire au Président de la République
  • Écrire au Pape, ou même directement au bon Dieu s'il y a une chance pour qu'il vous écoute
  • Et en parler autour de vous.

Cette histoire n'est pas encore totalement finie (voir le calendrier).


3 commentaires:

jurapower a dit…

Je vais te surprendre : je suis d'accord avec toi.
Je ne te ferai donc pas battre ton record de commentaires :p

eldesdichado a dit…

Farès, nous aurons l'occasion de parler de ça bientôt autour d'une bonne bouteille, mais je pense qu'il ne faut pas te sentir insulté dès qu'un journaliste émet une opinion, même critiquable.
C'est le propre des va-t-en-guerre de toujours trouver des casus belli: "tu m'as insulté", "tu m'as manqué de respect", etc...
Qu'il y ait des connexions entre ce que l'on appelle l'extrême gauche et ce que l'on appelle l'extrême droite est la plus banale vérité.
Après, ce qu'en fais ce "journaliste" est très faible, voire diffamatoire, mais bon.
Après, sur le reste, je suis d'accord avec toi. Bien qu'ayant voté oui, sans regrets.

Fares a dit…

Je ne suis pas va-t-en guerre, je suis "mad as hell".


Un peu comme Jean-Pierre Coffe qui balance du jambon industriel sur un plateau de Canal+ en hurlant : "mais ça mais c'est pas du jambon ça !! ça, ça c'est de la meeeerde !!". Je n'arrive pas à mettre la main sur la vidéo, c'est dommage.

Je balance Le Monde en gueulant : "mais ça mais c'est pas un 'journal de référence' ça, c'est de la meeerde !!".


Allez, bonne année à tous !!!
En 2008, réveillez le Coffe qui sommeille en vous ;)