samedi 15 mars 2008

Dis Etienne, c'est quoi une Constitution ?




Avez-vous entendu parler d'Etienne Chouard ? Il est ce qu'on appelle un "citoyen ordinaire", agé d'une 50aine d'années, enseignant en BTS à Marseille. Il s'est découvert une conscience politique en 2005, au moment du débat sur le TCE, auquel il activement participé sur son site web.

Il a quelques réflexions intéressantes au sujet des institutions, de ce qu'est et de ce que devrait être une Constitution. Je vais essayer de résumer son point de vue en quelques phrases :


Une Constitution sert à établir les règles du pouvoir. Le rôle d'une Constitution est d'organiser les pouvoirs en les divisant pour les affaiblir et les contrôler, permettant ainsi de prévenir toute dérive absolutiste.
En tant que citoyens, nous devrions être extrêmement vigilants au moment de l'écriture des règles du pouvoir, et en particulier sur le choix des personnes à qui nous confions la responsabilité de définir les pouvoirs et leurs limites.
Son idée principale se résume par la formule : ce n'est pas aux hommes de pouvoir d'écrire les règles du pouvoir.
Ce n'est pas aux hommes de pouvoir d'écrire les règles du pouvoir, parce que ce serait les placer dans une situation dans laquelle ils sont à la fois juges et parties. Consciemment ou non, ils sont personnellement intéressés à assurer l'impuissance politique des citoyens entre deux élections.


Pour aller un peu plus loin, je vous propose un article dans lequel il développe ce point de vue.




Dans une chronique sur Radio Grenouille, Etienne Chouard propose également quelques éléments qui pourraient faire partie d'une Constitution d'origine citoyenne :





Il s'est lancé dans un projet de rédaction d'une proposition de Constitution sur un wiki (site internet collaboratif) avec tous ceux qui souhaitent y participer.




3 commentaires:

Françoise a dit…

"En tant que citoyens, nous devrions être extrêmement vigilants au moment de l'écriture des règles du pouvoir, et en particulier sur le choix des personnes à qui nous confions la responsabilité de définir les pouvoirs et leurs limites."

Malheureusement, cela n'a pas été le cas. La Constitution ? Elle est tous les jours bafouée depuis le 6 Mai 2007. Et qui peut savoir vraiment ce qu'on nous prépare avec la "réforme des Institutions".

Messieurs Sarkozy, Fillon et Cie, se moquent bien des Français. Les résultats des municipales et des cantonales ? Pfffff... Du vent. On continue, plus vite, plus fort et encore mieux qu'avant. Jusqu'où ? Jusqu'au clash ?

Fares a dit…

Salut Françoise !

Désolé de ne pas avoir répondu plus tôt, j'étais dans un tunnel...

Tout à fait d'accord avec toi à propos de la Constitution. C'est ce que dit
Jean-Pierre Dubois, Président de la Ligue des droits de l’Homme dans un article le 6 mars :
Nicolas Sarkozy, élu il y a moins de dix mois, « veille au respect de la Constitution » et « assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ». Comment lire aujourd’hui l’article 5 de la Constitution sans ressentir une impression de totale irréalité ? [...]

Le billet que j'ai fait quelques semaines plus tôt n'est pas beaucoup plus sévère. En plus de faire le même constat, je me contente d'apporter une réponse à la question que pose Jean-Pierre Dubois : "Nul ne peut désormais échapper à cette interrogation fondamentale : quand et comment retrouverons-nous, représenté au plus haut niveau de l’Etat, le sens commun du respect de la République ?"


C'est ce que tu soulignais très justement dans un billet en janvier dernier. Ces gens sont entrain d'attaquer la Constitution de tous les côtés.

Françoise a dit…

Mieux vaut tard... :)

Un article intéressant sur révision générale des politiques publiques :

http://www.democratie-socialisme.org/article.php3?id_article=1471&titre=RGPP-une-reforme-a-combattre