dimanche 18 novembre 2007

J'ai retrouvé la 7ème Compagnie


La ligne 1 du métro parisien dessert le quartier de La Défense (l'un des principaux quartiers d'affaires d'Europe). En cette période de grève des transports, c'est l'une des seules lignes à fonctionner à peu près normalement.

Pour faire face à la forte affluence, des agents de la RATP faisaient la circulation dans les couloirs du métro, pour réguler le flot de gnous (dont je faisais partie) et éviter de submerger les quais. Des quais sous haute surveillance, puisqu'une 20aine de CRS étaient postés de chaque coté de la voie. Mais ce qui m'a le plus étonné, c'est la présence de militaires armés de leurs fusils semi-automatiques, aux cotés des agents de la RATP qui régulaient l'accès aux quais.

Je peux donc vous l'annoncer fièrement : vendredi, dans la station de métro Gare de Lyon, j'ai retrouvé la 7ème Compagnie. Qui sait depuis combien de temps ils étaient planqués là...

Puisque je suis entrain de parler de grèves et de militaires, j'en profite pour faire un petit détour par un article du Canard Enchaîné du 10 octobre dernier, qui revient sur "le régime très spécial des retraites militaires" :




Mais revenons plutôt à notre 7ème Compagnie du métro. L'un des soldats en particulier était grand, il était beau, il sentait bon le sable chaud... Je ne sais pas si c'est parce que je suis passé à quelques centimètres du canon de sa mitraillette, mais j'ai trouvé cette situation assez incongrue. Dans la plupart des pays, il est nécessaire de décréter la loi martiale ou l'état d'urgence pour affecter des personnels militaires à des tâches de maintient de l'ordre sur des populations civiles.
En France, nous avons un dispositif de sécurité qui permet en pratique de contourner ce principe : le Plan Vigipirate. D'ailleurs pour ceux qui n'ont pas peur de se perdre dans l'opacité du statut juridique du plan Vigipirate, je vous renvoie vers le blog de Frédéric Rolin, Professeur de droit public à l'Université de Paris X Nanterre.


Il était grand, il était costaud, il avait une tête énorme et un regard de tueur (mon avis est totalement subjectif, j'en conviens), et sa mitraillette aussi sentait bon le sable chaud. D'ailleurs, à quoi aurait-elle bien pu lui servir ? Je me suis posé cette question pendant le reste de mon trajet : mon militaire, comment aurait-il réagit en d'autres temps, d'autres lieux, ou tout simplement en d'autres circonstances, s'il avait reçu l'ordre de se servir de son arme pour tirer dans le tas ? L'aurait-il fait ? Après avoir alterné les "oui", les "non", les "peut-être bien", j'ai finalement conclu par un "et pourquoi pas ?". Après tout il n'aurait rien fait de plus que son boulot, le gars.




11 commentaires:

Gus a dit…

Sujet épineux que les retraites des militaires.

Je crois être plutôt anti-militariste. Pourtant, je pense aussi que des gens qui mettent leur vie en jeu pour leur pays méritent, finalement, d'être mieux traités que la moyenne.

Et même si on laisse de côté cette "reconnaissance" (que d'aucuns trouvent certainement contestable, je suis prêt à le concevoir), il reste la question de la sécurité, qui s'applique d'ailleurs au traitement des politiques qui exercent des fonctions importantes. Il me parait évident que la meilleure arme contre la corruption, c'est de bien payer les cibles potentielles pour leur éviter d'être tentées. Je suis pas si choqué que ça que Chirac, qui connait des informations ultra-confidentielles sur la France, touche une bonne retraite.

Mais la question m'intéresse, et si on arrive à me convaincre du contraire, ça me permettrait enfin de concilier mes préoccupations de sécurité et ma haine de la violence et des armes.

D'ailleurs, c'est flippant la scène du métro. J'ai connu la même plusieurs fois dans des gares, et j'avoue que ça crée en moi un profond sentiment de malaise...

tontonfoi a dit…

les militaires avec de jolies joujous un jour de grêve c'est pas mal effectivement.
Le premier qui bouge je tire !

Françoise a dit…

Je n'en reviens pas de ces CRS et militaires en armes dans le métro. C'est vrai qu'il y a longtemps que je ne suis plus à Paris,et je n'y vais que bien rarement. La seule période où j'ai vu des militaires armés c'était pendant la guerre d'Algérie, et encore seulement devant les ministères ou le Palais de Justice...

Qui est en guerre contre qui là ? Les dirigeants contre la population ?

bb95 a dit…

Bonjour,

En réponse à ton interrogation, l'arme des militaires n'est pas chargée dans les missions vigipirate.
(mais ils ont les munitions sur eux).

Anonyme a dit…

Les militaires souhaiteraient pouvoir faire 40 ans de service et toucher une retraite complète au même taux que les fonctionnaires soit 75% des 6 derniers mois, si, si ! Mais pour des raisons d'âge les règlements les mette dehors en "limite d'âge" comme ça s'appelle; chaque grade à une limite d'âge et à moins d'être général on ne peut pas être en service à 60 ans, ça c'est injuste et les militaires sont les premiers à le dénoncer.

Pour ce qui est de Vigipirate les militaires sont obligatoirement sous les ordres d'un policier Officier de police judiciaire et seul ce dernier possède le commandement. Ne pas oublier que les gendarmes sont des militaires ;-)

Anonyme a dit…

Le danger de la démocratie est d'avoir éloigné le Peuple des affaires militaires en supprimant le service militaire obligatoire....

Fares a dit…

@ Anonyme :

C'est amusant, Albert Einstein donne l'argument totalement opposé au tiens dans son bouquin "Comment je vois le monde". Pour lui c'est au contraire le service militaire qui corrompt les jeunes en insufflant chez eux un esprit belliqueux. Selon lui, il suffisait de supprimer le service militaire pour écarter la menace de la guerre. Je trouve ça hilarant qu'une personne qui jouit d'une telle notoriété ait pu avoir des idées aussi naïves.

Mais je ne vois pas plus de raison d'être d'accord avec ton affirmation. En quoi la suppression du service militaire obligatoire a-t-il "éloigné le Peuple des affaires militaires", si tant est qu'il en ait été proche à un moment donné (quand ça ?). C'est une affirmation qui me semble aussi dénuée de fondements que de dire : la suppression du stage photocopie a éloigné les employés du Comité de Direction.

Quand tu dis que les militaires sont "aimeraient faire 40 ans" et "qu'ils sont les premiers à dénoncer cette situation injuste", tu as des éléments pour étayer ce point de vue ? Enquêtes, rapports, articles, n'importe quoi, balance balance on prend tout dans le souk, même les sondages bidonnés de Bolloré.



@ bb :

Salut ! Merci pour cette précision. Maintenant, s'il me colle une bastos dans le derrière, je saurai qu'il ne s'agit pas d'une balle perdue mais que c'est bien à moi qu'il en veut personnellement, mon légionnaire.



@ Gus :

Sujet pas simple en effet.
J'ai failli m'engager au sortir de l'adolescence. Non non, je ne déconne pas. La question s'est posée sérieusement. Quand je regarde ça aujourd'hui, je me dis que ça aurait probablement été la plus grosse connerie de ma vie. Mais si j'avais fait le choix inverse, mon opinion serait sans doute totalement différente aujourd'hui.

Je crois que le patriotisme et le sens du sacrifice forcent effectivement le respect. Le respect des autres est en quelque sorte la récompense de l'esprit de sacrifice. A condition qu'il s'agisse bien d'un sacrifice et non d'une recherche de compensation par un traitement meilleur que la moyenne. C'est peut être là que se situe la différence entre un patriote et un mercenaire ? Est ce que tu dirais d'un mercenaire de BlackWater qu'il mérite le même respect et la même considération qu'un soldat de l'armée régulière ? Pourtant le métier est le même, les risques sont les mêmes, et selon les personnes qui les emploient, les missions et la finalité peuvent être exactement les mêmes.

C'est là que se situe une partie du problème : un militaire, même s'il est animé des meilleures intentions et des meilleurs sentiments, doit obéïr aux ordres. C'est sa fonction. Le postulat de départ, qu'il est obligé de faire, c'est que les ordres qu'il reçoit de sa hiérarchie sont "bons pour son pays". Or agir pour son pays, c'est parfois aller à l'encontre de l'autorité supposée légitime. Je prends un exemple : c'était faire preuve de sens patriotique et de courage que d'entrer en résistance contre le régime de Vichy. C'est une évidence pour nous, aujourd'hui. Mais ce n'était pas une évidence à l'époque. Dans les années 40, Pétain et le régime de Vichy constituent l'autorité légitime de la France. Dans une logique toute militaire qui postule que les ordres émanant de la hiérarchie sont "bons pour pays", le comportement patriotique consiste à défendre ce régime.

Stéphane Hessel est un tout petit mieux placé que moi pour raconter tout ça, donc je vais m'écraser et je vais plutôt le citer. A la question de Pascale Fourier :
"En 1940 il y avait une sorte d’évidence - évidence relative en pourrait dire, parce que c’était quand même face au fusil -, une sorte d’évidence à se lever, à se révolter, à résister justement [...]"

Stéphane Hessel répond :
"[...] N’oublions pas d’ailleurs qu’à l’époque que vous évoquez, 40 et la suivante, une grande majorité des Français avaient accepté Pétain, Vichy, un régime qui était un régime réactionnaire qui faisait toute la place aux forces économiques et aucune place à la démocratie et aux forces sociales [...]" ( voir l'interview complète, pour plus d'infos voir billet précédent ).

Eric a dit…

Merci pour ton commentaire sur mon blog (à propos du relativisme). il se trouve que j'ai eu à peu près la même réaction que toi, mais je ne l'ai pas exprimé sur mon blog, parce que les commentaire qui allaient tous dans le même sens me semblaient assez typique d'une façon de penser actuelle. Et ça m'a fait réfléchir, au point que, donc, je n'ai pas voulu y répondre sur mon blog.
Mais, au fond, je me demande s'ils n'ont pas "raison": qui a raison, qui a tort? Laissons les discussions ouvertes, évitons de les clore trop tôt!

Et en tout cas très content d'avoir pu découvrir ton blog qui semble fort captivant.

Eric a dit…

crisedanslesmedias.hautetfort.com

Seilenos a dit…

A propos de ce passage :

"C'est là que se situe une partie du problème : un militaire, même s'il est animé des meilleures intentions et des meilleurs sentiments, doit obéïr aux ordres. C'est sa fonction. Le postulat de départ, qu'il est obligé de faire, c'est que les ordres qu'il reçoit de sa hiérarchie sont "bons pour son pays". Or agir pour son pays, c'est parfois aller à l'encontre de l'autorité supposée légitime. Je prends un exemple : c'était faire preuve de sens patriotique et de courage que d'entrer en résistance contre le régime de Vichy. C'est une évidence pour nous, aujourd'hui. Mais ce n'était pas une évidence à l'époque. Dans les années 40, Pétain et le régime de Vichy constituent l'autorité légitime de la France. Dans une logique toute militaire qui postule que les ordres émanant de la hiérarchie sont "bons pour pays", le comportement patriotique consiste à défendre ce régime."


Cette semaine est passé sur Arte un excellent film sur René Bousquet, brillament joué, sans fioritures, par Daniel Prevost.

Le film montre clairement à quel point René Bousquet a toujours argué avoir agi sous la pression, pour le bien du peuple, puisqu'en jouant un rôle de soupape favorable aux allemands, il limitait la casse. C'est peut-être une excuse a posteriori, mais il me parait difficile de discuter sur ce point sans une connaissance approfondie du personnage et du sujet.

En revanche, la juge chargée d'examiner son dossier, dans le film, lui oppose l'argument, non pas de la légitimité, mais de la légalité. Elle soutient la position comme quoi les décisions imposées par les allemands au gouvernement de Vichy étaient illégales au regard de la loi française, et que le devoir de tout citoyen ne devrait pas reposer sur la légitimité de l'autorité, mais sur celle de l'ordre et de la loi...

C'est une position qui a le mérite de donner une raison de ne pas obéir aux ordres abusifs et de rappeler la supériorité que la loi devrait avoir sur des actes inhumains.

Mais elle n'est pas sans faille, et là c'est l'objecteur de conscience et contestataire qui s'exprime. Car la question qui se pose n'est pas tellement celle de la légitimité, ni de la légalité, mais une question de référence en général, au sens philosophique. La légitimité est une référence plus ou moins subjective, là où la légalité est absolument objective, quoiqu'on pourrait discuter des différentes interprétations que l'on peut faire des lois...

Tout dépend donc en fait quelle est notre référence au moment de prendre une décision. Si c'est la légitimité, cela dépend où on accepte de la placer. On peut tout à fait nier la légitimité d'une autorité, d'un pouvoir, d'une loi, d'un tribunal. Saddam Hussein ne s'en est pas privé concernant le sien, mais ça ne l'a guère sauvé...

Si la référence est la loi, et qu'on ne remet pas en cause sa légitimité, alors pour un américain, contrairement à un français sous le régime de Vichy, il est parfaitement légal désormais, de maltraiter, torturer physiquement ou psychiquement, et la présomption d'innocence n'existe plus.

Je propose donc de placer la référence ailleurs que dans la légitimité subjective et dans la légalité, les lois pouvant toujours être réécrites par des dictateurs et/ou des fous.

Pour moi les références sont le bon sens et le sens humain, deux choses parfaitement subjectives, mais aussi objectivement peu partagées, à tel point que cela légitime, justement, l'existence de forces de l'ordre, de tribunaux et donc de lois... Et là c'est le serpent qui se mord la queue...

Il existe par exemple dans ce pays des lois qui m'interdisent de secourir des personnes en danger, si je ne le fais pas par les canaux officiels (médecine classique, magistrature, etc.) me mettant par là-même, et paradoxalement, hors la loi, par le principe de non-assistance à personne en danger...

Par conséquent, si une personne ne peut être mise hors de danger par les canaux officiels, et que la loi m'empêche d'exercer des moyens qui sont à ma portée, mais hors la loi, je me retrouve quand même hors la loi...

Vous comprendrez que je me méfie des questions de légalité, d'autorité et de légitimité, et que j'ai toujours choisi l'objection de conscience...

el Desdichado a dit…

En fait, c'est le débat sans fin entre la déontologie qui fait appel aux devoirs et donc aux lois, et l'éthique, qui fait appel aux valeurs.
Dans une société qui "fonctionne bien", tout loi est éthique (alors que tout ce qui touche à l'éthique ne se retrouve pas dans les lois).
Ainsi, dans ce monde où tout se passe bien, respecter la loi ne peut pas heurter les valeurs communes à la société.
Dans les cas particuliers des situations où la démocratie ne fonctionne plus (puisque les lois ne tiennent plus compte de l'éthique qui a conduit à leur énonciation),il apparaît donc un dilemme entre la loi telle qu'elle est appliquée et l'éthique de l'individu.
De fait, on pourra distinguer deux attitudes qu'il serait injuste de confondre : l'attitude de celui qui n'obéit pas à des lois qu'il juge non conforme à ses valeurs, et l'attitude de celui qui obéit, bien que...
Il serait faux de croire qu'il n'y a que les résistants et les collaborateurs (d'un point de vue juridique, je sais que Chomsky ne serait pas d'accord). Il y a aussi les passifs, qui ne contreviennent pas à l'éthique, mais qui ne contreviennent pas non plus à la loi.
Ce que l'on reproche à Bousquet, ce n'est pas de ne pas avoir pris les armes pour résister. C'est d'avoir activement participé à des activités qui n'étaient pas acceptables.

En parallèle, il faut noter que tout cela prouve une fois de plus que la justice ne peut être un barême, un agrégat de loi. Pas plus que l'éducation ne peut se concevoir comme un recueil de manuels scolaires et de directives. La Justice, donc, est un système, que l'on peut juger sur sa capacité à faire appliquer intelligemment des lois générales, visant à assurer les objectifs de la société à laquelle elle se rattache.